lundi 1 décembre 2014

Coucou c'est moi

Me revoilà brièvement derrière mon clavier.
Depuis Septembre je n'ai pas vu le temps passé et je n'ai pas eu une minute pour blogguer.
Comme je n'aime pas faire les choses à moitié et que j'ai l'impression de pas parvenir à faire quelquechose de bien de cet endroit, peut-être faut-il faire une petite pause.
Comme pour le running et le crochet et toutes ces milles choses que mes deux mains, mes deux pieds et ma tête aimeraient (re)trouver le temps de faire. (pour le moment je n'ai encore qu'une tête même si parfois je vire bi-polaire) (joke).
En ce moment je suis à fond sur la construction de mon nid, jusqu'à tard dans la nuit et je n'ai pas vraiment l'énergie pour autre chose.
Je ne sais pas si je vais manquer à quelqu'un mais promis je vais revenir, en mieux j'espère.
Juste le temps de faire un petit somme, avec ou sans kit-kat.




jeudi 6 novembre 2014

Ces lieux qu'on quitte

Je commence à devenir une pro du déménagement, à vue de nez j'arrive à savoir, à 5 près, à combien de cartons nous allons finir et à quelle heure sera enfin scotché le dernier.
Il est une heure et demi du matin, la maison est un champ de bataille et tout le monde se prépare à l'assaut final en essayant de dormir quelques heures.
Pas un regret, pas une minute de nostalgie.
Je ne suis pas du tout mélancolique en quittant cet endroit, je ne m'y suis jamais vraiment sentie chez moi, avec le sentiment perpétuel d'être en transit.
Bientôt nous serons vraiment chez nous, dans une maison repensée pour qu'elle nous ressemble mais dont les travaux ne sont pas complètement finis. 
Un peu comme lorsque j'écoutais de la musique dans le métro, je vais devoir me créer une bulle et faire abstraction des finitions pas encore finies et des poussières pas encore dépoussiérées. 
La zone d'inconfort total. Mais sereine quand même.
Il y a les lieux qu'on quitte en versant une  larme et ceux dont on verrouille la porte sans se retourner. 









mercredi 1 octobre 2014

Ce beau mois de Septembre

Dans ma vie d'avant, Septembre était un mois entre deux où je faisais le deuil de l'été, rêvais à mes prochaines vacances et me consolais en refaisant une provision de thé dès que les arbres viraient à l'oranger.
De l'an dernier, je garde des souvenirs un peu imprécis, marqués par l'entrée à l'école de V et notre tentative de trouver notre nouveau rythme dans cette ville où ne connaissions rien ni personne.
Alors forcément, en comparaison de tout cela, cette année, j'ai été particulièrement vernie.
Pensez donc, filer naviguer tout un weekend, se baigner sur des plages quasi vides, des apéros qui s'éternisent, une maison baignée de lumière qui prend forme, une nouvelle école plutôt chouette, un agenda mieux géré, une escapade à Paris où on arrive juste à temps pour dîner comme avant... il me semble bien loin le spleen de la rentrée.
Je ne sais pas ce que me réservent les planètes pour octobre mais je sais qu'il y aura du challenge à tous les niveaux. Je me suis pourtant promis de ne plus stresser par anticipation et je me concentre sur tout ce que nous aura amené ce beau mois de septembre.


La liste de mes belles choses semaine # 39

Petit aperçu d'une douce semaine.
Lundi: bientôt nous aurons des verrières
Mardi: s'amuser de rencontrer une compatriote du 19eme fraîchement débarquée
Mercredi: on fait une entorse à la règle avec un petit plateau télé mère-fils en semaine devant les Mystérieuses Cités d'Or
Jeudi: toute la famille se retrouve à l'école pour la réunion parents d'élève
Vendredi: un dej au soleil avec la bonne copine du boulot
Samedi: un réveil matinal me conduit au marché à l'heure où il n'y a personne
Dimanche: un pique-nique sur la plage et un plouf rapide pour la dernière de septembre mais peut-être pas de l'année


Bonne semaine!




-- 

lundi 22 septembre 2014

La liste de mes belles choses semaines #37 et #38

Deux semaines pour le prix d'une en cette rentrée bien chargée.
Semaine 37
Lundi: retrouver la bonne copine du bureau
Mardi: reprise du Pilates
Mercredi: le plaisir de venir le chercher à l'école
Jeudi: un super dîner chez Cocotte, rue fourré. On a bien ri, on a bien bu, on a bien mangé. Je vous recommande ce joli resto mouchoir de poche tenu par Candice et Guillaume.
Vendredi: ma sœur et son jules arrivent pour le weekend
Samedi: une journée à la plage à profiter de cet été qui dure
Dimanche: se lever quand une partie de la maison dort et filer faire un vide-grenier à vélo



Semaine 38
Lundi: un dej improvisé en amoureux
Mardi:se coucher bien trop tard pour un début de semaine, effet The Killing
Mercredi: les parisiennes de Nantes se retrouvent dans le train du retour
Jeudi: le soulagement et du bon vin
Vendredi: des Merveilleux de Fred pour finir un dîner chez les néonantais
Samedi: ici c'est Paris! Prendre la route pour retrouver tous ceux qu'on aime tant
Dimanche: se laisser guider dans le Marais et remettre à jour notre carnet d'adresse



Bonne semaine tout le monde!

Sa tignasse toute ébouriffée

En ce moment mon fils nous gâte de ses bons mots et de sa répartie. Je me dis qu'il faut absolument que je les note et puis dans la vraie vie je ne suis pas une mère parfaite et j'oublie...
Pourtant parfois, ses mots d'enfant suffisent à éclairer une journée un peu pourrie.
 "J'adooooore les moules, c'est vraiment le meilleur des légumes de mer". Super mon chéri, mais on dit "fruits de mer".
En l'amenant à l'école, j'avais bien remarqué ses petits coups d'œil en coin, ses joues qui se teintent, son énergie débordante.
Et puis, un jour pendant le petit-déjeuner, la vérité a éclaté: 
"- Tu sais, je suis l'amoureux d'Alice et Alice c'est mon amoureuse"
- Ça veut dire quoi être des amoureux?
- Bah ça veut dire qu'on va se marier!
- Ah oui? Mais se marier ça veut dire quoi?
- Bah ça veut dire qu'on est des amoureux!!!! ( pointe d'exaspération quand même )
- Donc ça veut dire qu'Alice est ta petite chérie alors? Comme maman avec papa.
- Meuhhhhhh non! n'importe quoi!!!!! J'ai juste dit ON EST DES AMOUREUUUUUUX."
J'ai senti qu'il n'avait pas encore complètement saisi le concept, l'engagement, la belle-mère, le plan de table, le choix des couleurs de sa cravate.
Et puis hier matin, j'ai vu aussi ses joues à elle, son grand sourire en le voyant entrer dans la classe. J'ai compris que mon bébé l'était de moins en moins, qu'il faisait son chemin, un peu plus autonome chaque jour. Je me suis aussi dit qu'il fallait vraiment savourer pleinement ses mots d'enfant, faire un effort particulier ne pas les oublier. Comme une douce contrepartie au temps qui file. 
Ainsi donc, mon enfant merveilleux est amoureux, d'une jolie petite fille qui, dès qu'il entre en classe, s'approche de lui et passe ses doigts dans sa tignasse toute ébouriffée.





mercredi 10 septembre 2014

Là où on l'a laissée

Il y a des moments où nos choix et la vie qu'on mène nous éloignent un peu de nos proches
Ce n'est jamais agréable mais c'est ainsi, on avance et on perd parfois un peu de monde en route.
Et puis il y a ces moments particuliers où malgré le temps, la distance et les événements. tout se réimbrique naturellement. On ne sait plus vraiment expliquer le pourquoi du comment, on sait juste qu'on a plein de choses à se raconter et on reprend notre conversation, là où on l'a laissée. 





lundi 8 septembre 2014

La liste de mes belles choses semaine #36

Le retour du soleil pour cette vraie semaine de rentrée.
Lundi:
F. aux fourneaux nous offre un super dîner, on lit un conte tous les 3 et on prépare consciencieusement les habits du lendemain
Mardi: première journée dans la nouvelle école, on file goûter le long de la Loire
Mercredi: je rentre le midi et déjeune dans le jardin avec V. Il faut que je garde cette bonne habitude.
Jeudi: à Paris je croise Clément à vélo, notre fromager préféré*, je bois un verre à la volée avec Justine, je dîne tranquillement avec Céline.
Vendredi: on fête l'anniversaire de mamie kiki.
Samedi: on hisse les voiles, direction Groix
Dimanche: un spot magnifique, Port-Nicolas à Groix, pour un peu de snorkeling.

Quelle jolie semaine, je veux la même!



* amis de l'est parisien, ne manquez pas de vous approvisionner chez Clément à la Fromagerie Goncourt.

lundi 1 septembre 2014

La liste de mes belles choses semaine #35

C'est la rentrée, pleine de bonnes résolutions et de sérénité.
Lundi: finir Those Who Kill commencé 2 jours plus tôt, 10 épisodes en 3 jours, binge watching quand tu nous tiens.
Mardi: une conversation téléphonique avec mon fils qui a "plein-de-trucs-à-raconter-hyper-importants", s'amuser de tous les "hyper bien" qui ponctuent ses phrases.
Mercredi: la maison calme pour moi seule. Ça n'arrive pas souvent.
Jeudi: Party Girl au cinéma. Et comprendre que je suis allée à l'école avec une des réalisatrices.
Vendredi: l'enfant chéri est de retour! De jolies retrouvailles à l'aéroport.
Samedi: première sortie sur "un vélo de grand".
Dimanche: un pique-nique musical au bord de l'Erdre et décider de profiter du soleil par une fin de journée à la plage. Rentrer quand il fait nuit et se coucher plein de sel.

Smile, même si c'est la rentrée!




lundi 25 août 2014

Ni tout à fait une autre, ni tout à fait la même

Une amie très chère considère que la vie s'apparente parfois à une série télé, avec des saisons pleines de rebondissements.
Je commence ainsi actuellement la saison 2 des Mafavic à Nantes.
J'avais promis de dresser un petit bilan de la saison 1 et puis l'anniversaire de l'installation est tombée en pleine zone de turbulences et je n'arrivais plus à aligner mes idées.
Reposée de 3 fabuleuses semaines de vacances, j'y vois un peu plus clair ce matin.

Je dois admettre que ce fut une année très difficile mais dont il ressort aujourd'hui du positif:
- Je n'ai pas perdu mes amis, l'éloignement a même rendu certaines relations plus profondes car se voir le temps d'un weekend entier plutôt que par coups de vent réguliers ne distend pas les liens, bien au contraire. 
- A mon grand étonnement, Paris ne manque pas tant que cela. J'ai la chance de m'y rendre très souvent pour le boulot et profite à chaque fois pleinement de mes escapades pour retrouver tout ce que j'aime dans cette ville. Assise dans mon taxi à Montparnasse, je regarde avec un œil neuf la Tour Eiffel, les belles avenues, je savoure à chaque fois le passage de la Seine, je prends plaisir à découvrir de nouveaux lieux comme à retrouver mes endroits fétiches. Il s'est écoulé suffisamment de temps pour nous donner envie de revenir tous les 3 profiter de tout ce qu'offre Paris le temps d'un weekend et je prépare notre programme de réjouissances avec le même entrain que si je projetais de visiter une nouvelle ville.
- Notre vie de famille a changé du tout au tout, je suis celle qui rentre tard le soir, il est celui présent pour tous les moments de V. Nous avons un peu inversé les tempos et les responsabilités. Sans doute la partie la plus compliquée à admettre, un nouveau rythme à trouver où chacun de nous a finalement beaucoup appris.
- Nous rénovons notre maison et je trouve un sens à mes heures perdues sur Pinterest. Nous cherchons à en faire un lieu qui nous ressemble avec de l'espace pour recevoir et en faire une maison qui virevolte. Dans 2 mois nous serons dedans, il me tarde tant. A mon chevet on trouve maintenant des ouvrages sur le jardinage, les poules, les potagers.
- J'ai pris goût aux choses simples: ramasser des châtaignes, courir, faire un saut à la mer, cueillir les fleurs du jardin, se promener dans la nature au grand air. Parallèlement, j'ai acheté un peu moins de fringues, j'ai moins eu besoin de prendre l'avion pour me sentir loin, moins d'envie de tout et de rien.
- J'ai appris à laisser sa chance au produit en m'ouvrant davantage aux autres: à des amis que je voyais un peu moins avant, à des personnalités que je n'aurais surement pas croisées autrement.
- V a beaucoup grandi et est maintenant un petit garçon plein d'énergie avec qui j'ai plaisir à faire mille choses. J'ai compensé le temps parfois compté par des moments vraiment privilégiés, comme notre soirée mère fils du vendredi soir, nos activités macocobox, nos ateliers cuisine. Je le sens heureux, volontaire et bien dans ses baskets, une réussite en soi.

Dans la liste des moins, le boulot aura été compliqué pour nous deux cette année, il y a eu des mots maladroits avec ceux qu'on aime, une santé  un peu capricieuse, un moral parfois en berne mais là n'est pas l'essentiel.

Cette saison 1 aura donc été un savant mélange de rebondissements et de douceur de vivre qui font qu'aujourd'hui je ne suis ni tout à fait une autre, ni tout à fait la même.


 ps: quoi de mieux pour illustrer nos rebondissements que la photo de V dans les airs?

dimanche 24 août 2014

La liste de mes belles choses semaine #34

Dernières heures des vacances d'été, on trie les photos et on repense à tous les bons moments passés auprès de ceux qu'on aime.
Lundi: reprendre doucement le running le long de la plage
Mardi: une virée en amoureux au marché du Bois Plage à l'île de Ré, manquer de payer un bras une casserole magique très encombrante et finalement se raisonner, ouf!
Mercredi: redécouvrir peut-être la meilleure crêpe de Bretagne chez Sebrevet à Quistinic, de l'authentique en veux tu, en voilà!
Jeudi: dormir tous les 3 collés dans la cabine du bateau, ne presque pas fermer l'oeil de la nuit mais se laisser bercer par le bruit des vagues et la respiration du loupiot
Vendredi: se réveiller seuls au monde sur la plage de Groix et profiter des lumières incroyables du matin
Samedi: un café imprévu avec mon amie Virginie
Dimanche: un footing, un marché, un ciné, un bon dîner, jusqu'au bout profiter.

Une pensée pour ma douce qui reprend le boulot demain matin et laisse son tout-petit, je t'envoie toutes les bonnes ondes accumulées durant l'été.
Belle semaine aussi à ceux qui passent par là.




La liste de mes belles choses semaine #33

Une semaine de vacances juste tous les 3, au milieu de rien, cela ne nous était pas arrivé depuis longtemps.
Lundi: leçon de choses autour des tournesols
Mardi: on descend les gorges de l'Aveyron en kayak
Mercredi: on découvre des coins où le temps n'a pas de prise et on refait le monde avec une éleveuse de canards,
Jeudi: une longue marche dans la campagne, on cueille des fleurs sauvages, on cherche en vain des champignons, on évite les gouttes.
Vendredi: la soirée gastronomique des vacances, on se régale au Chateau de Haute Serre
Samedi: on s'arrête faire un coucou imprévu à des cousins qu'on voit peu dans le Marais-Poitevin
Dimanche: retrouver l'île de Ré et mon meilleur ami

Joie des vacances qui continuent encore un peu!


mardi 12 août 2014

La liste de mes belles choses semaine #32


Vacances j'oublie tout! Sauf les jolies choses.
Lundi: pédaler tous ensemble jusqu'à la plage de la Belle Maison. Y observer les groupes d'ados et repenser à cette époque un peu lointaine déjà.
Mardi: se dire que les patagos de chez Martin sont les meilleurs du monde
Mercredi: un nouveau cours de poney pour V. Constater ses progrès et s'imaginer dans quelques années en promenade avec lui.
Jeudi: participer à une chasse aux trésors dans Port-Joinville avec 3 enfants et se laisser prendre au jeu
Vendredi: il pleut, on avance le départ au soir. On en profite pour repasser contrôler l'avancée des travaux de chantenay, puis décide de tracer vers le sud de nuit pour ne pas couper l'esprit des vacances en dormant à la maison. Les hôtels sur la route sont complets, on finit par dormir dans la voiture sur l'aire d'autoroute. On est jeunes, on est fous, on est des romanos!
Samedi: du calme, de la pierre sèche et du vert, tout ce dont on revait.
Dimanche: un feu d'artifice, des auto tamponneuses, des chichis et les néons des manèges. Tout ça dans une même soirée et même qu'on a aimé.

Vive les vacances!



La liste de mes belles choses semaine #31

Je suis toujours étonnée de voir les efforts de mémoire dont il faut parfois faire preuve pour se rappeler son menu quotidien. Voici donc avec un peu de retard, la liste des belles choses de ma dernière semaine avant les tant attendues vacances.
Lundi: V en vacances avec mes parents, nous en profitons pour nous faire une toile et voir Boyhood que j'ai adoré. Un film tourné en 12 ans et qui illustre le temps qui passe à travers les yeux d'un enfant. 
Mardi: on a manqué de peu la soirée loose, finalement on termine dignement au Bistronome Nantais. 3ème fois qu'on y passe et encore un sans faute.
Mercredi: un dîner tous les 2 au calme dans le jardin
Jeudi: une échéance qui me stressait au boulot se passe bien, ouf, ça c'est fait.
Vendredi: on retrouve le loupiot pour commencer officiellement les vacances
Samedi: se sentir instantanément loin en foulant le quai de l'île d'yeu. Découvrir qu'on a encore eu une bonne pioche avec notre charmante location de Port-Joinville. Retrouver la smala un peu plus loin, arroser un peu trop le premier apéro, rentrer en zigzaguant en vélo et filer chez Martin prendre une crêpe pour la manger dans notre jardin. Une première journée qui met la barre haut.
Dimanche: accueillir pour quelques jours ma meilleure amie, son mari et son bébé et faire plus amplement connaissance avec son nouveau-né.

Encore une belle semaine!



jeudi 31 juillet 2014

Pari sur l'avenir

Dans une autre vie, je pensais avoir donné mon max en peignant un mur couleur aubergine. J'avais vu ça dans la Maison France 5 et je pensais être un peu la reine de la déco.
J'avais pourtant une cuisine un peu rustique que je n'aimais pas du tout mais la simple idée de la customiser semblait nécessiter des talents incroyables que je ne possédais pas. J'ai déjà dit que j'étais une fille sans talent? Non?
Bref, les travaux et moi ça le faisait moyen.
Et puis un jour j'ai rencontré F. A ses côtés, envisager d'inverser la salle de bains et la cuisine semblait chose naturelle et par la suite, à chaque fois qu'on visitait un nouveau bien potentiel, on visionnait tout de suite un champ des possibles en 3D.
En arrivant à Nantes, il nous est apparu évident que notre amour de la vieille pierre nous conduirait à rénover une maison ancienne. Alors même si nous avons confié la taloche et la ponceuse à d'autres, je ne compte plus les heures passées à conceptualiser les plans, repenser les cloisons, décider des emplacements des interrupteurs. On entre à peine dans la phase un peu rigolote du choix des peintures, de la cuisine et des carrelages. Après tout ce que l'on vient de faire, choisir une couleur me fait un peu le même effet que si on m'informait que j'avais une carte illimitée aux Galaf. C'est bien simple, j'ai préféré être hyper raisonnable sur les soldes pour m'offrir des nuances Farrow and Ball. La vie est vraiment pleine de surprises.
Étonnamment on reste assez zen, même s'il m'arrive d'avoir parfois des sueurs froides à la vision du chantier restant. Même si  F vous dirait que je lui colle une pression de dingue, lui, mon maître d'oeuvre en chef. Même si on se dit parfois, de rage, que la prochaine fois on se fait construire une maison d'archi sur plan.
En vrai, un peu comme le jardinier qui regarde pousser ses tomates, je me satisfais de ce nouvel enduit fini dans l'escalier et suis en pâmoison devant ma nouvelle baie vitrée. La vie est pleine de surprises, je me répète.
Une chose est certaine, je n'aurais jamais pu faire tout cela sans lui. Ce chantier un peu fou est à l'image de tout ce que nous avons fait ensemble ces dernières années, un pari sur l'avenir. 




lundi 28 juillet 2014

La liste de mes belles choses semaine #30

L'été, tout est plus léger. Un résumé des bonnes nouvelles des jours passés.
Lundi: pour faire plaisir à V je suis capable en 5 min de devenir gardien de but et improviser un mini match dans le jardin. Je m'étonne toujours des bienfaits du jeu sur nous, les adultes. Et je vous dis même pas le nombre de points au classement de la maman formidable. 
Mardi: Paris sous son meilleur jour, dej rue du Nil, shopping gourmand rue des Martyrs, dîner avec les copains. J'avais oublié tout le plaisir que j'ai à arpenter Paris l'été.
Mercredi: je rentre à Nantes dans le même wagon que Jean-Marc Ayrault et Brice Hortefeux. La vie est vraiment trop géniale! Non je déconne, le vrai moment wizz c'était un barbecue improvisé avec les neonantais dans le jardin. 
Jeudi: y-a-t'il un truc plus chouette que voir son enfant prendre son élan pour vous sauter dans les bras? Ou comment V, sans nous pendant 2 jours, accueille ses parents comme des rois.
Vendredi: on coupe la route à La Roche-Bernard pour se rendre chez mes parents. C'est tout de suite plus sympa que le Quick du Mans quand on faisait le trajet Paris-Lorient. Nantes 1- Paris 0.
Samedi: il fait trop chaud pour faire quoi que ce soit. Alors on est heureux de ne rien faire et de rester au frais chez mes parents.
Dimanche: un stop à Batz sur Mer pour découvrir toute la famille d'une presque petite soeur de coeur. Une partie de pêche improvisée et un beau bar attrapé.

Comme dirait mon fils merveilleux, plus que 5 dodos et c'est les vacances pour les Mafavic.




lundi 21 juillet 2014

La liste de mes belles choses semaine #29

Une semaine tellement chouette, je ne pouvais pas manquer d'en faire un petit récap.
Lundi: il fait beau pour nous, on en profite pour naviguer toute la journée, revenir bronzés et rentrer juste à temps pour la belle bleue et la belle rouge.
Mardi: on prolonge le weekend, on dépose V et sa mamie dans le train, nous prenons du bon temps dans Nantes avant d'aller dîner chez des copains au bord de la piscine.
Mercredi: dîner au 1, miam, avec des parents qui savourent,comme nous, leurs soirées sans enfants
Jeudi: toujours en quête de ma parfaite adresse thai, je retrouve 2 copines pour le dej et teste une nouvelle adresse
Vendredi: le parrain de V et sa douce en goguette à Nantes pour le weekend. On prend des verres à la Cantine du Voyage
Samedi: un nouveau cours de crochet chez Henry et Henriette, puis on suit la ligne verte du Voyage à Nantes. Retrouvailles de l'enfant prodige à la gare, barbecue tous ensemble dans le jardin.
Dimanche: on fuit la pluie pour le soleil de Guérande et Batz sur Mer. Ils ont encore failli louper leur train.

Je vous souhaite une belle semaine d'été, plus que 2 avant les vacances pour nous!



mercredi 16 juillet 2014

Presque un mois plus tard

Je n'ai pas fait mes listes depuis maintenant 3 semaines.
Non pas que rien de positif ne soit à retenir de ces derniers jours écoulés.
Il y a bien eu la visite de la smala pour le weekend, des retrouvailles en coup de vent dans un parc, des jeux dans les vagues, ma semaine un peu hors du temps en Espagne, un pique-nique dans un jardin, une excellente pizza à Paris, le petit deuxième d'une amie, une sortie en voile en famille et plein d'autres choses encore.
Il y a aussi eu des moments plus compliqués, le corps qui dit stop, celui d'un petit bien fatigué de son année, le mien ensuite littéralement bloqué.
Inspirez, soufflez, inspirez, soufflez.
Voilà l'été, bientôt le temps des vacances, tout est plus léger.
Je sors d'un long tunnel avec la sensation d'une période un peu floue que je peine à dater.
Je me réveille enfin et ouf, on est déjà presque un mois plus tard.


ps: en photo un moment volé avec V à chanter "Happy" au Yukulélé en cercle, tout un programme.



jeudi 26 juin 2014

Tuer le fantôme

Craindre parfois que le pire arrive.
Vivre avec cette petite boule qui sert les tripes, accélère le rythme cardiaque, écourte même les nuits.
Imaginer ce qu'il se passera si, préparer mes réactions à, et finalement stresser par anticipation.
Un jour bim, ce que je craignais a lieu, j'ai presque envie d'écrire "enfin".
Comme prévu, cela secoue, comme imaginé, je suis un peu perdue.
Et puis se relever. Jeter un coup d'oeil à droite, à gauche, réaliser que même un peu cabossée je suis debout.
Se recentrer sur les essentiels et relever la tête.
S'étonner de se sentir presque plus légère avec tout ce stress en moins et réaliser comme il est salvateur de tuer le le fantôme.


La liste de mes belles choses semaine #25

Un peu en retard mais pas tant que cela, la liste des petits plus de la semaine dernière.
Lundi: on prend le temps de choisir de jolis carrelages, enfin de la déco dans les travaux!
Mardi: invités à une jolie fête de quartier, on profite de l'été
Mercredi: dernier cours de cuisine, atelier homard au barbecue dans un parc que je ne connaissais pas encore
Jeudi: une coupe de champagne aide à se remettre d'émotions imprévues
Vendredi: je regarde le foot avec mon fils
Samedi: une ballade en famille en fin de journée pour s'aérer la tête et sortir un enfant qui à la varicelle
Dimanche: varicelle, on fuit le soleil, on sort la cocobox et on peint en famille à l'ombre dans le jardin



On serre les dents, on garde la tête haute et on focuse sur le positif pour cette nouvelle semaine.

mardi 17 juin 2014

Le bilan

Il faut rendre justice aux Neg' Marrons.
Depuis plusieurs jours, les lumières, les odeurs me sont presque familières, un petit air de déjà-vu. Nous avons fait une année complète. Rien que de l'écrire je n'en reviens pas moi-même.
J'ai survécu à ma quasi expédition à l'autre bout de la terre, je ne suis plus parisienne depuis maintenant un an.
Alors forcément, je pèse le pour et le contre, je me jauge et me juge.
Et là, c'est le drame.
A chaque fois, je n'y coupe pas, j'ai un refrain qui me trotte dans la tête
" Le temps passe passe et passe 
Beaucoup de choses ont changé
Qui aurait pu s'imaginer que le temps se serait si vite écoulé
On fait le bilan, calmement, en se remémorant chaque instant
Parler des histoires d'avant comme si on avait cinquante ans"
Ce petit mix de reggae rap dance-hall, tellement 2000, ça vous flingue votre réflexion.
Bref, je reviens très vite, une fois que cette chanson me sera sortie de la tête, pour vous faire, de cette étrange année écoulée, le bilan.




La liste de mes belles choses semaine #24

Cette semaine s'annonce un peu tumultueuse, alors autant regarder un coup dans le retro pour se concentrer sur les bonnes choses de celles qui vient de se passer.

Lundi: se retrouver après le boulot, direction la plage pour un plouf, manger une crêpe et rentrer à la maison. Ma définition du luxe.
Mardi: une journée tunnel, je me couche avec Mad Men
Mercredi: Les agendas commencent à se remplir de trucs sympas made in Nantes, ça fait du bien.
Jeudi: mon binôme au boulot rentre du Japon et m'offre quelques petits souvenirs Kawai
Vendredi: journée off, je fais le marché de Talensac sans la foule du weekend, V fait son spectacle de fin d'année à l'école, on improvise un barbecue dans le jardin avec les copains.
Samedi: un cours de crochet chez Henry et Henriette, une glace mère-fils place royale, une soirée fête des pères un peu en avance
Dimanche: un ami éternel vient passer la journée avec sa petite famille chez nous, on papote par-dessus les rires de nos fils et on prend des nouvelles de tout le monde.


jeudi 12 juin 2014

La coupe du monde

Aujourd'hui je me suis accordée une petite pause chez mon esthéticienne préférée.
Pas un spa, pas du luxe, juste le charmant institut près du bureau qui m'offre régulièrement une bulle de douceur. Le genre d'endroit où on m'appelle "Madame mon nom", où on se souvient de mes derniers propos, prend des nouvelles de mon fils V, de ma dernière réunion importante mais surtout se on se souvient de mon parfum, un léger pschit de Petite Chérie en partant. Merci beaucoup, bonne fin de journée et à très vite, oui oui on a bien pris le prochain rdv.
Je m'étonne souvent de ces échanges informels et sans enjeu, si faciles et si légers.
Aujourd'hui elle se décide à me parler foot, à me demander si monsieur ne va pas passer trop de temps devant la télé. Je lui réponds, mais non mais non, monsieur est raisonnable. 
(soupir... je n'avais pas imaginé qu'il serait ce soir devant Brésil Croatie avec le même appétit que moi devant Downtown Abbey).
Et voilà qu'il me prend de lui parler de mes souvenirs de France 98, de cette liesse sur les Champs Elysées le soir de la demie, du jour de la finale où j'ai fait partie des gens au bord de la route qui applaudissaient le bus des joueurs se rendant au Stade de France, tout nouveau tout beau, de F que je ne connaissais pas encore et qui y était stadier. J'ai alors repensé à cet étrange été où tout semblait possible. Les années Jospin, le premier boom de l'internet, la France qui pouvait encore s'envisager black-blanc-beur, la crise derrière nous. Il paraît que Paris avait de faux airs de la Libération.
Un moment j'ai compris que je l'avais perdue.
Je lui ai demandé naivement: Mais vous ne vous souvenez pas?
Elle m'a répondu que si, vaguement, mais bon, elle avait 4 ans.
4 ans??? Presque l'âge de mon fils.
D'un coup je ne faisais plus un petit 38, je n'avais plus 19 ans.
J'ai repensé à celle que j'étais alors, je me suis demandée si je m'étais imaginée ainsi maintenant. La réponse était non, pas du tout. Je pense que je n'avais jamais essayé d'esquisser mentalement mon avenir.
Je me suis dis que la bilan n'était quand même pas trop mal.
A 35 ans, en pleine séance de palper-rouler,  je me suis surprise à devenir une philosophe de la coupe du monde.


PS: et si des Nantais passent par là, je vous conseille vraiment d'aller vous faire chouchouter chez Marie Beauté à Nantes et Vertou




mardi 10 juin 2014

La liste de mes belles choses semaine # 23

Petit exercice de pensée positive, sur une idée d'Elisa.

Lundi: rentrer plus tôt et les croiser alors qu'ils partent jouer au tennis, observer la fierté du petit qui accompagne son père et celle du papa qui voit son fils grandir
Mardi: good evening Paris, je découvre une petite fille et son papa attendri
Mercredi: errer dans le Marais et retrouver le G6 au complet pour dîner
Jeudi: un tête-à-tête improvisé avant de sauter dans le train du retour
Vendredi: commencer la journée par un footing matinal et la finir par une pizza dans le jardin en écoutant passer l'orage
Samedi: buller dans une chaise longue avec un chat, puis fêter un anniversaire surprise chez des copains où je pleure de rire.
Dimanche: un brunch en famille sous le soleil et face au château au Bistronome Nantais ,en pleine effervescence des Géants.



Smile, la vie est belle!

jeudi 5 juin 2014

Boys boys boys

Je faisais fausse route.
Je croyais que ce qui me manquait le plus ici était mes copines. Ce n'est pas tout à fait vrai.
Évidemment, je regrette un peu le manque de spontanéité pour se faire un petit dîner en semaine mais finalement, personne n'a plus vraiment 20 ans et il faut à chaque fois 61 mails pour caler une date, sans enfant, ni mec. Le temps que cela soit possible je suis de nouveau à Paris pour un soir si bien que je manque rarement nos dîners de girls. 
Alors certes, je vais louper quelques goûters, je ne pourrais pas voir en un seul dîner mes différentes cops mais finalement je ne rate pas l'essentiel. Je m'épargne peut-être aussi, au passage, quelques épisodes de cette étrange compétition que se jouent toujours un peu les groupes de filles, version féminine  du "qui a la plus grosse" chez nos homologues masculins. Oui mes chères et tendres, si vous passez par là, ne vous offusquez pas et admettez la part de bitch qui est en vous.
Pourtant, je ne rentre pas amère de cette énième escapade parisienne puisque j'ai enfin compris ce qui me manque le plus à Nantes. 
Moi qui ne jure que par toutes mes amies, ce dont je manque cruellement ici c'est d'hommes. (ne te vexe pas mon chéri, tu es parfait, ce n'est pas de toi dont il s'agit)
Un dîner chez mon meilleur ami, pour rencontrer sa petite merveille récemment née, et une terrasse au soleil avec le parrain de mon fils m'ont fait comprendre que je manque de ces moments de totale franchise où tu oublies le jeu des apparences 3 minutes pour faire tomber les masques, te moquer de toi-même, avouer tes craintes et rire franchement.
J'ai la chance d'avoir toujours pu cultiver des amitiés masculines. Jusqu'à ce midi je n'avais pas conscience de les avoir un peu mises de côté alors qu'elles me font le plus grand bien. 
Merci à vous pour ces trop rares moments où je suis complètement moi-même, vous êtes un peu mes boys boys boys.






 Ps: comment je vais booster mon référencement naturel... Tous ces inconnus qui vont débouler ici pensant retrouver des photos de Sabrina!

lundi 2 juin 2014

Run Baby Run

Je n'ai jamais eu la moindre endurance.
Je me souviens pourtant en 6ème avoir réussi le test des 20 minutes de stade sans trop de difficulté j'étais pourtant bien lancé mais je n'ai quasiment jamais réitéré l'exploit ensuite.
Ah si... En première j'ai acheté un horrible cycliste en plastique qui devait me faire suer -et donc maigrir- à chaque fois que je courais. J'ai dû l'utiliser 3 fois, porté avec mon sweat à capuche Champions USA, en ayant l'impression d'être un peu dans une série américaine sauf que la banlieue n'a rien à voir avec Palm Beach.
Plus récemment, j'ai bien tenté de suivre F quelques fois, mais j'attaquais directement par 45 minutes - que je tenais par je ne sais quel miracle de la nature- lui se moquait gentiment de mon rythme de tortue et moi pendant 2 jours je ne pouvais plus marcher, j'étais cramée.
L'an dernier, un poil complexée par les sylphides qui m'entourent au bureau, j'ai presque failli m'y mettre vraiment. Puis j'ai rangé mes baskets dans un carton en quittant les Buttes-Chaumont et je devais penser que l'air nantais me conviendrait moins bien que l'air parisien puisque je ne suis jamais allée courir dans le magnifique Parc de Procé qui m'entoure.
Mais ça, j'ai envie de dire, c'était avant.
A force de lire les récits de footing de Shalima, je commençais à me dire qu'il y avait peut-être finalement un truc sympa dans le fait de courir.
Sur le blog de Caro, j'ai entendu parlé d'une appli pour les nuls du footing, C25K.
Une fuite de bon cholestérol et la peur de mourir à 35 ans d'un infarctus on fait le reste.
Un matin j'ai téléchargé mon appli, enfilé le legging, chaussé mes baskets, mis un casque sur mes oreilles et zou, c'était parti pour un programme de 30 minutes de running 3 fois par semaine, pendant 9 semaines.
Soyons honnête, ce n'est pas exactement du running au début, c'est plus une alternance de marche rapide et de course. Du coup c'est facile, c'est gratifiant, ça ne vous crame pas tout d'un coup.
Chose totalement impensable, je m'y suis tenue et plus encore, ça m'a plu.
J'ai profité des weekends à rallonge pour caler facilement mes sessions dans mon agenda et depuis je pars toujours avec mes baskets pour être certaine de tenir mes séances.
Je finis bientôt ma 6eme semaine, maintenant c'est essentiellement de la course et je suis désormais capable de partir au saut du lit avec le sourire.
Pour m'aider à y arriver, j'ai trouvé quelques astuces:
- Je cale mes 3 joggings dans mon organisation de la semaine avec une séance que je laisse flottante pour m'autoriser aussi à ne pas y aller si ce n'est pas le bon jour mais pouvoir la caser malgré tout à un autre moment.
- Je podcaste des émissions de radio que j'écoute en courant, sur moi cela fonctionne bien mieux que la musique, mon esprit se fixe sur autre chose et le temps file sans trop de souci. Point non négligeable, j'apprends des trucs en même temps. Une expérience complète d'un esprit sain dans un corps sain quoi.
- J'ai complété C25K (qui veut dire from Couch to 5 Kilometers, tout un programme) par Runkeeper afin de garder en mémoire ma vitesse, mon rythme, mes calories et mes parcours car oui, on se prend vite au jeu d'améliorer ses -modestes- performances. Mon côté bête à concours ressort un peu mais je crois que ça fait ça à tout le monde.
- J'ai investi dans une tenue totalement fluo kids qui me donne la sensation de faire partie de la tribu des runners et a un peu aussi officialisé le fait que oui, je cours 3 fois par semaine.
- J'ai trouvé mon moment: le matin. Alors oui c'est parfois dur de sortir de la couette mais 1/ ça l'est globalement de moins en moins, 2/ c'est toujours plus facile que de prendre sur mon temps du soir où j'ai juste envie d'être cool à la maison avec F et V
- Je poste un statut de mes courses sur Facebook, c'est un peu egotrip comme truc mais ça me permet de maintenir ma volonté en mettant une pointe d'orgueil dans tout cela.
Bref, le bilan après 6 semaines:
- un souffle bien meilleur et un rythme de course qui s'améliore
- un impact sur le moral avec la sensation de me reprendre un peu en mains
- un boost de l'estime de soi
- un léger remodelage de la silhouette même si il y a encore du boulot
- des journées globalement plus toniques quand elles commencent par un footing
- étonnamment, moins de douleurs au genou
- une meilleure condition générale: signe qui ne trompe pas, j'ai réussi à grimper facilement à l'échelle en corde du bateau et me hisser à la force des bras. Ceux qui connaissent ma grâce naturelle comprendront qu'il s'agit d'un changement radical...
Je ne suis pas au bout des mes peines et j'espère pouvoir dire dans quelques mois que je me tiens toujours à ce nouveau rythme mais pour le moment, je dois avouer que je suis un peu fière de moi, ce qui finalement n'arrive pas souvent.
Alors toi qui me lis (allo, y a quelqu'un?), si tu hésites encore, vas-y, run baby, run.



La liste de mes belles choses semaines # 21 et # 22

Des ponts, le temps qui file, et hop, on rattrape 2 semaines d'un coup.

Lundi: faire une réunion dans la pelouse. Ok ce n'est plus la rue Montorgueil mais ça a son charme.
Mardi: j'ai traîné au lit le matin et suis arrivée tard au bureau, oui c'est mal mais ça fait tellement de bien.
Mercredi: ça y est, les travaux commencent enfin dans la nouvelle maison.
Jeudi: le truc improbable, une soirée aux frais de notre banquier, avec les neonantais, la cops du boulot et sa famille. Ça picole et ça rigole au pied du Château des Ducs.
Vendredi 23: on se retrouve tous les 3 pour faire l'état des lieux des murs tombés, apprécier les volumes et se dire qu'on est un peu cinglés quand même mais qu'on a bien fait.
Samedi: une virée shopping en famille dans les rues de Nantes. Bilan: des robes, des livres pour enfants, de la jolie vaisselle et du bon temps.
Dimanche: Mes cadeaux de Fête des Mères au réveil, puis un petit ciné avec les kids et leurs rires contagieux pendant que les mâles tâtent la balle.


et une semaine avec un grand pont, mes semaines préférées.

Lundi: La Flûte Enchantée à l'Opéra Graslin avec le sentiment qu'on aurait d'un coup rétréci Garnier
Mardi: rentrer chercher V à son atelier d'anglais, échanger quelques mots avec l'américaine et avoir envie de booker des billets pour New-York...
Mercredi: le début d'un long weekend kids free. On se retrouve pour dîner à la Raffinerie et tester une nouvelle bonne table nantaise.
Jeudi: un moment de pur délice au Manoir de la Boulaie autour de la cuisine de Laurent Saudeau, c'est bon, c'est fin, c'est surprenant, c'est délicat.
Vendredi: l'épreuve de l'achat du maillot de bain est passée, on est prêt pour les bains de l'été, direction le Morbihan avec Vivi. Reprendre la conversation là où on l'avait arrêtée quelques mois plus tôt, remettre à jour les dossiers, prendre des nouvelles de gens qu'on voit moins et savourer une belle amitié qui passe les années.
Samedi: une sortie en bateau jusqu'à Groix sous un soleil radieux, un plouf jusqu'à la plage pour étrenner le nouveau maillot, dans un eau à peine fraîche et inaugurer le premier vrai bain de l'année.
Dimanche: mes parents nous ramènent V, on profite d'une douce fin de journée tous ensemble dans le jardin. Comme j'aime encore plus la saveur de mes weekends depuis que nous sommes ici.



Une semaine de 5 jours, mais comment vais-je survivre?!

lundi 26 mai 2014

Ma nouvelle presse quotidienne.

Je l'ai souvent écrit, je suis une personne qui aime les rituels, les petites habitudes qui rassurent, dans un quotidien souvent en mouvement.
Depuis au moins 7 ans, je commence ma journée de boulot par un petit tour de mes blogs préférés, ma pause clope à moi, me dis-je, pour me rassurer quand le temps commence à tourner... Le soir, un petit check au moment du coucher, comme une histoire avant de dormir.
Leur liste a un peu évolué par rapport aux débuts, mais j'ai maintenant une petit groupe d'indispensables que je consulte rituellement de n'importe où.
C'est assez drôle de constater que cette lecture quotidienne influence parfois mes envies, mais surtout ma façon d'être, et, comme dans les belles rencontres, m'aide à être quelqu'un de meilleur.
Je ne sais pas si elles passent par là mais j'avais envie de parler de ce que chacune a pu m'apporter.
En bref et en vrac:

Eliabar: je l'ai découverte enceinte, elle avait quelques mois d'avance sur moi et je la suis depuis. Au delà du plaisir de son écriture concise, percutante et toujours juste, j'enrichis notre bibliothèque jeunesse de titres bien choisis que je veille à trouver chez une libraire plutôt que dans une grande enseigne. Ses points de vue subtilement amenés réveillent parfois mes idéaux enfouis sous mes attitudes de parfaite connasse.

Torchons et serviettes: le blog qui me donne envie de cuisiner des trucs simples et bons et à qui j'ai piqué la recette de la pâte a tarte express. Oui c'est un truc qui peut changer une vie.

Marjoliemaman: je pense que je l'ai aussi découverte en attendant V. Depuis, je suis quotidiennement les tribulations de sa troupe et tente de découvrir sa tannière aux detours des minouchens près de chez  mes parents. Je lui suis reconnaissante d'aimer tant la Bretagne qui coule dans mon sang, d'avoir décrit les affres et les joies d'une famille qui quitte Paris pour le Grand Ouest 2 ans avant nous et de m'avoir donné l'espoir en des jours meilleurs quand j'avais des doutes. Ah oui, je me suis mise aussi aux greensmoothies et je pense qu'elle a influencé mes rêves de roulotte et poulailler dans le jardin de la nouvelle maison. Et plein d'autres choses encore.

Merci pour le chocolat: découverte grâce à la précédente, je me suis mise à courir grâce à la façon de Shalima d’écrire les bienfaits d'un footing. Et chose totalement improbable, j'ai l'air de m'y tenir.

Elisa de Et Dieu Créa: elle m'inspire dans ma façon d'être maman et de prendre soin des miens, m'a fait découvrir Montessori. Surtout, elle m'a appris à voir les choses sous l'angle du positif, ce qui n'était pas nécessairement mon penchant naturel mais dont je mesure les bienfaits chaque jour.

La Plus Petite Cuisine du Monde: des recettes qui font voyager, des adresses qui me rappellent le Paris que j'aime et un ton qui n'appartient qu'à elle et tient de la chronique culinaire. Je me languis de ces nouveaux billets, je lui dois une consultation frénétique des tarifs du Paris-Bangkok à chaque évocation de la cuisine thaï.

Photo-tuto: la fille qui a compris comment il fallait me parler d'appareil photo et qui m'a permis de sortir des sentiers du mode automatique. Elle est un peu sarcastique comme j'aime, c'est juste parfait.

Ritalechat, s'il n'en fallait qu'un. Nous avons quitté Paris en même temps, le cœur à la fois lourd et plein des promesses d'un autre chose différent. Je m'étonne à chaque fois de lire dans ses jolis mots beaucoup de mes propres émotions et de partager avec elle son approche des enfants. Je ris de la voir découvrir la terre, le jardin, d'être dans les travaux, avec quelques mois d'avance sur nous ici. Son influence se retrouve dans mon placard à chaussures à chaque nouvelle acquisition de Patrica Blanchet, dans mon expérimentation du crochet -moi l'absolue non-manuelle- et dans mes rêves d'atelier de couture -moi qui ne sais que recoudre les boutons. Bref, Camille me donne envie de serrer les miens dans mes bras, de passer un coup de fil à mes amies et d'avoir une maison qui rit.

Voilà, c'était mon palmarès à moi et l'occasion de remercier celles qui m'offrent un peu ma nouvelle presse quotidienne.



ps: dessin de Soledad

vendredi 23 mai 2014

La liste de mes belles choses semaine # 20

Rapido en passant, un petit bilan.
Lundi: reprise difficile, blues des copines, un petit tri de photo qui redonne le sourire
Mardi: on a retrouvé doudou! ou comment, pour la 100ème fois, vivre un véritable soulagement en constatant que le 4eme membre de la famille est toujours parmi nous.
Mercredi: se retrouver tous les 3 dans la nouvelle maison, vérifier qu'on est toujours ok sur ce qui tombe et ce qui reste... se dire que ce sera long mais qu'on y sera bien
Jeudi: les légumes collection Printemps-Ete 2014 rejoignent le panier Amap, ou comment se satisfaire du nécessaire, comme dirait Baloo
Vendredi: un apéro improvisé sur la terrasse des neonantais version royaume de la plancha
Samedi: le premier spectacle de fin d'année du fiston, émotions, fierté, joie!
Dimanche: on déniche la parfaite plage pour un pique-nique friends & kids, on peut même dire qu'on s'est presque baigné, même pas froide.
See you next week!


mercredi 14 mai 2014

La liste de mes belles choses semaines # 18 et # 19

Joie des vacances, des ponts, de l'art de prendre son temps.

Lundi: libérés de l'enfant, nous buvons des coups avec les neo-nantais dans un Nantes bien calme
Mardi: rdv de chantier avec la paysagiste, je ne pensais pas écrire cela un jour
Mercredi: cours de photo de nuit et lightpainting, je sais désormais faire quelquechose en mode manuel
Jeudi: le plaisir de ne rien faire chez mes parents
Vendredi: on choisit les carrelages et on fait notre première mission Ikea pour la nouvelle maison
Samedi: les joies du running dans le parc de Procé
Dimanche: un petit tour en bateau avec le loupiot, notre apprenti marin

et une vraie semaine de vacances à l'Ile d'Yeu
Lundi: une sieste dans l'herbe
Mardi: les belles lumières de la fin de journée lors d'une partie de pêche un peu foirée
Mercredi: les copains nous rejoignent
Jeudi: et bla bla bla et bla bla bla bien tard
Vendredi: les sourires des kids à poney
Samedi: il y a toujours une bonne excuse pour manger une crêpe chez Martin
Dimanche: oublier mes principes pour voir le plaisir de V avec ses 2 figurines Planes


Bonne semaine, pleine de sieste sur l'herbe!

mardi 29 avril 2014

Les fleurs poussent

J'ai grandi dans un appartement avec un balcon qui n'était jamais fleuri, parmi des tours de béton.
Je trouvais ma verdure en forêt, on cueillait des primevères au printemps, de la bruyère et des champignons à l'automne, et, entre les deux, mon père offrait des bouquets.
J'ai eu par 2 fois un bout de terrasse à moi dont je prenais grand soin, avec des dimanches à faire la queue pour acheter des tomates en pot. Là était finalement mon marqueur du printemps: à banlieue en dortoir, quand il faut beau, tu vas chez Truffaut.
Plus tard à Paris, je me faisais une terrasse et filais au grand air.
Cette année, j'ai enfin compris ce qu'était le printemps.
J'ai découvert la beauté des pommiers en fleurs, je reconnais le parfum de l'orangé du mexique, je me suis pâmée sous ma glycine, je découvre l'arrivée du lilas, je profite des premiers boutons de roses. Je suis même en train de dessiner un peu mon jardin.
Rien d'incroyable me direz-vous.
Pourtant, la nature n'est pas juste belle à un instant t, tel que je pouvais le ressentir le temps d'un weekend au vert. Au contraire, les choses viennent lentement, changent tous les jours et s’enchaînent.
J'ai compris le sens du mot éclore et j'ai fait une découverte capitale: les fleurs poussent.





lundi 28 avril 2014

La liste de mes belles choses semaine #17

Une semaine avec un lundi férié ne pouvait être qu'une bonne semaine.

Lundi: mes baskets n'avaient encore pas eu l'opportunité de goûter au bon air de l'ouest et se cachaient au fond du placard depuis notre départ de Paris. Une envie de lutter contre l'obésité et l'infarctus précoce m'ont fait télécharger l'appli C25K pour apprendre à courir tout doux... C'est lundi, c'est jour de défi.
Mardi: départ pour une longue journée pro à Paris. Ma récompense: la rencontre avec le tout mignon Edgar. Ma meilleure amie est désormais aussi une mummy.
Mercredi: à moi le Parc Monceau pour un jogging à la fraîche. Et dire qu'il a fallu attendre de passer la Loire pour ça.
Jeudi: je vais chercher mon loulou à l'école, oui c'est rare et c'est toujours un moment de plaisir pour moi.
Vendredi: escapade en Vendée pour retrouver une copine et son fiston ou comment se retrouver autour d'un plateau d’huîtres.
Samedi: la journée commence par des balades à la plage et se termine par le concert de Metronomy à Nantes. J'ai la mémoire musicale: aux premières notes d'Heartbreaker, je revois notre rencontre avec F dans mon petit appart de la rue Hermel tandis que les morceaux de French Riviera me propulsent immédiatement dans la ligne 5 du métro.
Dimanche: dimanche pluvieux, dimanche heureux. On montre notre nouvelle maison à Sophie qui doit nous prendre pour de 2 doux dingues mais on y croit.

Bonne semaine de vacances les bretons, bonne reprise les parisiens.






mardi 22 avril 2014

Mes mains

Je suis une fille sans talent.
Oui c'est un peu brutal mais c'est la triste vérité.
Je n'excelle en rien: pas de coupes sportives remisées dans un grenier, aucune prédisposition artistique particulière, je ne joue d'aucun instrument, je suis incapable de me faire une coiffure autre qu'un brushing.
Je dispose à la rigueur d'un cerveau qui fait de moi la parfaite chef de chantier, la reine de l'idée, du yakafokon.
A 35 ans j'ai décidé de me lancer un défi: apprendre à faire quelquechose de mes mains. Ou plutôt apprendre à passer de la formidable envie à l'action et au faire. Accepter de ne pas savoir, ni réussir tout de suite.
Je me souviens avoir eu une première fois ce déclic, vers 18 ans, au sujet du tennis. Pendant presque 10 ans j'ai regardé mes amis jouer sans jamais oser toucher une raquette. Peur d'être nulle, autocensure, conviction que je n'en étais pas capable. Un jour, j'ai osé. Ça paraît un peu bête comme ça, mais d'un coup d'un seul, je me suis sentie plus légère.
La deuxième fois c'était ce weekend. Autour de moi des amies se sont mises à tricoter, crocheter. Et puis Camille me faisait drôlement envie avec toutes les belles choses qu'elle crochète, les petits légumes, les jolis châles. Même ma sœur s'est lancée et dans la foulée, m'a offert un petit nécessaire pour mon anniversaire.
Alors depuis 2 jours, j'apprends, je compte les rangs, je découvre l'existence des mailles en l'air et mailles serrées. Je n'ai clairement aucun don pour la chose, je fais comme je peux et pas toujours très bien mais j'ai envie d'y arriver.
Du crochet, et bientôt du jardin dans la nouvelle maison, on dirait que je suis, enfin, en train d'apprendre à faire quelquechose de mes mains. 



lundi 21 avril 2014

La liste de mes belles choses semaine #16

Mon petit aide-mémoire perso de la semaine passée.

Lundi: on trépigne devant l'ultime saison de Mafiosa et on joue à se parler avec l'accent corse
Mardi: un petit Edgar rejoint la tribu des bébés des copines
Mercredi: on signe pour la maison, on prend notre premier apéro dans le jardin
Jeudi: je m'offre une pause-dej seule en ermite au bord de la rivière
Vendredi: j'apprends la naissance de la petite Alice, la fille de mon éternel ami
Samedi: un petit tour en bateau avec la sœurette et son homme, quelques avaries de bateau mais mon incroyable cher et tendre grimpe au mât et répare tout.
Dimanche: chasse aux œufs dans le jardin des parents

Une semaine pleine de belles nouvelles et d'étapes importantes pour ceux qui me sont chers.




jeudi 17 avril 2014

La liste de mes belles choses semaine # 15

Retour sur 7 beaux moments de le semaine dernière.
D'après une jolie idée d'Elisa à qui je souhaite beaucoup de petits bonheurs avec Mia.

Lundi: un projet pro presque validé, après des semaines de boulot et d'arrachages de cheveux, je me sens plus légère.
Mardi: un spectacle au Lieu Unique avec une copine ou comment combiner les bienfaits d'une sortie culturelle et d'un papotage informel, les deux étant essentiels à mon moral. Je rentre à temps pour l'histoire du soir et me retrouve à lire entourée de mon fils et de mon papa, venu m'aider pour cette nouvelle semaine sans F.
Mercredi: je découvre que près de la future maison se trouve enfin un endroit capable de faire des pizzas à pâte fine avec de bons produits. L'ultime pizza nantaise à 400m de chez nous, elle porte bien son nom la Bella Vita.
Jeudi: papy nous offre une soirée gaufres, comme une madeleine de Proust.
Vendredi: F est rentré, you ou ou! On passe faire un tour dans la future maison et jouer à cache-cache dans la glycine.
Samedi: avis de grand beau temps, cap sur le Morbihan! On prend nos premières couleurs en hissant les voiles.
Dimanche: un déjeuner en famille chez les parents. La vie est belle comme le pain perdu du dessert.

Bonne fin de semaine à vous et vive le soleil (breton) !


mercredi 16 avril 2014

Rite de passage


Nous voilà de nouveau propriétaires.
Ou du moins le serons-nous vraiment dans plusieurs années... mais mieux vaut ne pas voir les choses ainsi.
La dernière fois, c'était dans notre appartement couteau-suisse à Laumière. Nous y avions construit un foyer, vécu la naissance de V, appris à apaiser nos tempéraments et connu des jours heureux.
Ça met la barre du bonheur un peu haut.
A l'époque nous avions fêté l'événement entourés de nos amis lors d'une Berliner Mauer Party pré-travaux, avec 36 bouteilles de Champagne et un record de densité au m2.
Presque 5 ans plus tard, on se relance dans l'aventure, un cran plus ambitieux, puisque presque 5 fois plus grand.
Heureusement, nous avions les neonantais pour marquer le coup ce soir avec nous. Quelques textos, on improvise un apéro dans le jardin: des plaids dans la pelouse pas tondue, des enfants joyeux, l'impression d'être quand même un peu cinglés avec ce chantier, le vent qui se couche et nous laisse profiter de la soirée. Comme une promesse des jours heureux à venir.
Une seule bouteille de champagne cette fois mais l'essentiel était là.
Ce soir, en nous couchant, nous avions la satisfaction d'avoir bien exécuté notre petit rite de passage. 




mardi 15 avril 2014

Ma glycine

Demain à cette heure-ci nous aurons officiellement une nouvelle clé.
Celle de la nouvelle maison.
J'ai un peu traîné des pieds pour me lancer, comme une peureuse au bord du grand plongeoir.
J'ai pensé que ce n'était pas le moment, que la perspective de tout remettre en carton me ferait fuir, que dans mon boulot rien n'était encore acquis.
Comme souvent quand il faut avancer, j'ai fermé les yeux et fait confiance à F.
Non sans lui reprocher un peu ensuite...
Depuis quelques semaines, je passe et repasse dans la maison et m'y sens déjà bien, je scrute les carreaux de ciment au sol, je passe les mains sur le rebord des cheminées, je m'essaie à la projection en 3d, je flâne dans ce coin de Nantes qui ressemble à un village.
J'ai pris chaque jour un peu plus de plaisir à contempler "mon" jardin, malgré mon passif de citadine.
Je n'en revenais pas, moi qui m'étais si souvent demandé ce qui se cachait derrière les maisons de ville, j'avais désormais "ma" glycine.



mercredi 9 avril 2014

La liste des mes belles choses semaine #14

Une drôle de semaine sans F qui était à Paris mais une bonne semaine quand même.

Lundi: j'ai eu l'oscar de la mauvaise mère en allant chercher mon fils en dernier et en retard au périscolaire. Mais ce n'est pas tout, je l'ai aussi ramené avec moi au bureau faire du coloriage en réunion jusqu'à près de 21h. J'ai aussi eu le grand prix du jury en décrétant en rentrant qu'on allait se faire un petit dej le soir au lieu d'un dîner, ne pas prendre le bain et dormir dans mon lit. Et vous savez quoi? Il était hyper content et moi aussi.

Mardi: je découvre la nouvelle école de V l'an prochain, remplie de bonnes ondes. On va être bien là-bas.

Mercredi: un aller-retour dans la journée à Paris, un dej dans mon thaï préféré avec Elsa.

Jeudi: atelier muffins aux myrtilles avec V pour accueillir dignement le retour de superpapa le lendemain

Vendredi: F sèche le tennis et se joint à nous pour le rituel de la crêperie mère-fils du vendredi soir. A trois c'est bien aussi.

Samedi: un tour à la brocante de Viarme et une trouvaille va rejoindre la collection des objets déco pour notre nouveau chez nous. Un concert de Julien Doré le soir, c'est bien la vie mainstream.

Dimanche: un brunch avec les copains et un tour de pédales pour se rendre au Carnaval. Retomber en enfance en jetant des confettis sur la foule et voir les yeux pétillants des kids en brisant tous ces interdits.

Je vous souhaite une belle semaine sous le soleil.


En photo, une des rues que je prends le plus de plaisir à retrouver dans mes virées parisiennes.

lundi 7 avril 2014

Le grand ménage

Avec le printemps viennent parfois des envies de nouveautés, de rangements, de fraîcheur.
Pas tout à fait cette fois.
Nous, le printemps nous a apporté un bon vent de panique, d'engueulades, de remises en question.
Alors évidemment ça ne transparaît pas dans la liste de mes belles choses puisque cet endroit est réservé, comme son nom l'indique -oui, on fait les choses bien ici- aux belles choses. Comme je ne suis pas complètement maso du ciboulot, je ne considère pas encore que se prendre la tête est une belle chose.
Il y a des prises de bec parce-que vraiment c'est chiant que tu ne remettes jamais la boite de chocolat dans le tiroir (message), que j'en ai ras la casquette de tes chaussettes au pied du lit (message), que je suis fatiguée à l'idée de faire tomber ta pile de fringues en essayant de rentrer dans la salle de bain (message), qu'un courrier qui ne sert à rien peut filer à la poubelle direct plutôt que sur le meuble de l'entrée (ENORME MESSAGE).
Ces petits tracas du quotidien ne sont pas très plaisants mais ce n'est pas non plus le summum du drame.
Parfois au contraire, c'est plus qu'une prise de bec, c'est une prise de pouls, pour vérifier qu'on est toujours au diapason, qu'on regarde dans la même direction.
On n'avait pas encore eu l'occasion de le faire depuis qu'on avait redistribué tout le jeu de cartes.
Done.
Depuis, tout va bien merci, on se sent plus légers, on profite des jours qui rallongent, on jette des confettis pour le carnaval, on rêve ensemble à la maison à rénover, nous ne sommes qu'amour, joie et simplicité.
A notre manière, on a fait un peu de place, jeté ce qui en prenait trop, prêts pour une nouvelle aventure, maintenant qu'on s'est débarrassé de la corvée du grand ménage.







jeudi 3 avril 2014

La liste de mes belles choses semaine # 13

Il y aura donc un trou dans mes listes de 3 semaines.
J'avais pourtant bien rattrapé mon retard mais un bug technologique m'a fait tout effacer par erreur.
N'ayant pas le courage de recommencer, je vais garder cette ellipse dans un coin de ma tête et reprendre le fil de mes bulles de bonheur tranquillement.

Donc, la semaine dernière, la vie m'a sourit
Lundi: rentrer juste pour l'histoire du soir et me ressourcer auprès de mon petit loup, sentir les tracas s'envoler instantanément grâce aux pouvoirs magiques d'un enfant
Mardi: aller chercher mon fils à l'école entre 2 réunions et voir le plaisir dans ses yeux
Mercredi: une soirée au téléphone à prendre des nouvelles d'amis chers et décider de réserver une semaine à l'île d'Yeu avec certains en mai
Jeudi: un dîner imprévu à la Cigale
Vendredi: voir F et V échanger quelques balles de tennis et le sentir fier de faire comme son papa
Samedi: une pause chez Madame Bla en famille pour retrouver nos bons souvenirs de Copenhague, une virée à Basse-Indre pour découvrir Les moindres Petites Choses. Amis nantais, profitez-en tout est à -30% avant fermeture définitive de cette jolie sélection d'objets chinés.
Dimanche: un déjeuner dans le jardin et un anniversaire chez des copains

Bonne semaine à vous!


lundi 24 mars 2014

La famille Robinson

Je me souviens de ce dessin-animé, où une famille de naufragés débarquait sur une île et apprenait à se débrouiller de ses mains. J'ai en mémoire cet épisode où le père se mettait à fabriquer des chaussures en caoutchouc en récoltant la sève d'un arbre.
Ce souvenir illustre parfaitement tout le pouvoir des îles et la fascination qu'elles exercent sur moi. J'y vois un monde nécessairement clos, où l'on revient un peu à l'essentiel. J'aurais pu citer plutôt la littérature, le cinéma ou les séries télé mais non, l'île reste pour moi l'endroit où un papa peut vous fabriquer des chaussures en latex en cas d’extrême nécessité.
Fort heureusement, nous ne sommes jamais arrivés à ces extrémités et jusqu'à présent, les îles me permettent surtout de remiser la voiture, circuler à vélo, sauter de rochers en rochers, oser des bains de mer à 16°, me nourrir de fruits de mer. Dans certaines contrées plus lointaines, j'ai pu aussi nager avec des tortues, me doucher à l'eau salée, vivre sans électricité et faire griller des langoustes.
Tant et si bien que je conçois difficilement de partir en vacances sans m'isoler sur une île.
Sans île je ne déconnecte pas tout à fait, sans île je ne suis pas vraiment en vacances.
Groix, Ré, Yeu, Porquerolles, Naxos, Ko Phan Gan, Gili Air, La Corse, Zanzibar, Noirmoutier et tant d'autres, même combat: faire des Mafavic la famille Robinson.



PS: en photo, la dernière découverte, Noirmoutier, sous un beau ciel d'un hiver très doux.

Et en goodies, le générique de ce fameux dessin-animé, ne me remerciez pas s'il vous reste en tête.



lundi 3 mars 2014

La liste de mes belles choses semaines # 8 et # 9

J'ai beaucoup de boulot, donc du retard.
Mais je veux continuer ce petit rituel.
Alors gros effort de mémoire pour retrouver ce qui émerge d'un quotidien bien ordinaire sur ces deux dernières semaines.

Lundi: une journée comme un lundi qui se terminerait par une soirée Top Chef.
Mardi: Une pièce de théâtre un peu perchée, Le signal du promeneur, au Lieu Unique, qui ravive un peu mon vieux fantasme caché d'envoyer tout promener.
Mercredi: un apéro improvisé avec nos copains neo-nantais, ex-parisiens et désormais voisins. Rentrer à minuit bien crevés mais retrouver un peu de la légèreté de notre vie passée.
Jeudi: Le plaisir d'aller chercher V à l'école, le laisser me sauter dans les bras et en profiter pour aller chercher notre panier à l'Amap tous les deux.
Vendredi: soirée mère-fils du vendredi, ce soir c'est plateau télé devant Nemo.
Samedi: emmener V à l'anniversaire d'un de ses copains et rester papoter avec de chouettes parents.
Dimanche: un goûter au soleil et les rires des enfants qui courent dans le jardin.

Et là, plus facile, le bilan de la semaine dernière.
Lundi: Londres en jet privé. Je me fais un peu l'effet d'être en total décalage, genre les "ch'tis à Ibiza" mais feins de trouver cela tout à fait normal.
Mardi: sauter dans le dernier train pour Paris et finir la soirée à papoter tard sur un canapé
Mercredi: trouver 30 minutes avant de repartir pour être la première à faire la connaissance d'un adorable petit bébé
Jeudi: filer à l'anglaise parce qu'il n'y a pas que le travail dans la vie.
Vendredi: ouf les vacances, enfin au moins pour V. On file voir Lego au cinoche, je pique du nez mais ça reste entre nous.
Samedi: virée en famille au Croisic. Se rendre compte du pouvoir magique des mats des bateaux qui me font instantanément me sentir en vacances.
Dimanche: journée en amoureux, déjeuner d'un plateau d’huîtres, filer in extremis voir The Grand Budapest Hotel et passer le reste de la journée à buller. Se dire que vivre dans le monde de Wes Anderson où les valises sont de grandes malles et les costumes plein de couleurs pourrait être quelquechose de tout à fait envisageable.

Bonne semaine, que je vous souhaite bien pastel.







lundi 17 février 2014

La liste de mes belles choses semaine #7

Oh la la la, rien ne va plus.
Une liste des belles choses vraiment faite le lundi et 2 posts dans la même journée, folie, folie!
Donc c'est facile, c'est encore tout frais.

Lundi: je suis rentrée un peu tard mais j'ai eu le temps de lire l'histoire. Je ne sais pas à qui ce petit rituel fait le plus de bien.

Mardi: prendre le même plaisir à danser sur Get Lucky que sur Coton Eye Joe. C'est officiel, je ne suis plus snob.

Mercredi: un réveil dans une jolie chambre d'hôtel vue mer où je m'offre un petit déjeuner en room service.

Jeudi: vis ma vie de prof, aujourd'hui j'ai donné un cours à des étudiants. Et une little box m'attendait au bureau. Comment je suis devenue quelqu'un de presque important ;)

Vendredi: aime-toi et le ciel t'aimera, c'est la Saint-Valentin et pour prouver tout mon amour à moi-même, je m'offre un soin cocoon pour défroisser un peu mes traits et me sentir wizz. (Non, ce n'est pas encore du botox)

Samedi: la petite journée des douceurs nantaises en famille, mais pas que. Un excellent déjeuner à la Cigale, des jeux autour de la fontaine de la Place Graslin, un concert d'Henri Dès, un tête à tête chez Le Picolo autour de bons vins. Je ne savais que choisir parmi tous ces agréables moments, j'ai décidé de me souvenir de tout.


Dimanche: tailler la route vers Lorient pour une virée en mer, retrouver les parents, la sœur et son jules, notre M'enfin et les plaisirs de l'océan.

Elle était pas mal cette semaine, non?


PS: et sinon la Cigale c'est un peu une institution nantaise donc je ne chronique pas. J'apprécie particulièrement les restaurants qui prennent le temps de faire de vrai menu dégustation pour les enfants et pas simplement un steak frites.
Le Picolo c'est une jolie découverte du Fooding, le guide qui déçoit rarement, et une fois de plus ils ont tout bon. Ce chouette endroit au service souriant propose une sélection de vins naturels de petits producteurs peu connus mais qui font preuve d'humour sur l'étiquette. Ça donne des choses comme "Le tireur des Litres" qui font sourire ceux, comme nous, qui aiment l'absurde. On y mange aussi des plats de saison savoureux particulièrement bien mis. A deux, 4 verres de vin chacun (bah quoi? on déguste), entrée, plat, dessert (bah quoi? c'est pour accompagner le vin) on en a eu pour 97€. Le verre de vin est à 4€ ou 4.50€. On évite de croiser la police en sortant, on se dit qu'on a passé une bonne soirée et qu'on a trouvé un petit QG.
Réservation conseillée, c'était plein.
Et pour être certain de trouver uniquement les meilleurs restos autour de soi, il y a le site développé par mon homme: Foodistown